z'auriez pas un clop?

Pignolum Ars Est
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Anthropophagous [Joe D'amato] 1980

Aller en bas 
AuteurMessage
PLISSKEN
God himself
avatar

Nombre de messages : 945
Localisation : Partout
Date d'inscription : 20/04/2005

MessageSujet: Anthropophagous [Joe D'amato] 1980   Mar 26 Avr à 1:27



Une bande d'amis en vacances décide de louer un bateau pour rejoindre une petite île et y passer quelques jours. Arrivés sur place, ils constatent qu'il n'y plus âme qui vive...


- Que faire lorsque l'un des joyeux lurons de la bande décide d'aller mettre le bateau à l'abri des vents et ne revient pas ? Ne pas s'inquiéter.
- Que faire lorsque l'on débarque sur une île et que toute la population semble avoir disparu ? Y rester.
- Que faire lorsque l'on trouve un cadavre momifié dans une maison ? Y dormir.
- Comment organiser le couchage dans ce cas ? Faire sept groupes de un et se répartir dans toutes les pièces.

La situation est posée, notre cannibale préféré, j'ai nommé G. Eastman, va pouvoir se mettre à table.
Le film est somme toute d'une facture classique, regroupant tous les archétypes que ne manqueront pas de relever ceux qui le classeront trop vite parmi la ribambelle de films d'épouvante slasherisant (j'invente des mots, je sais, mais ce n'est pas ma seule qualité) oubliés au fur et à mesure qu'on les regarde. Pourtant nous sommes en présence d'un film peu commun et ce pour plusieurs raisons : d'abord grâce au charisme de l'anthropophage, géant à la calvitie naissante compensée par une longueur de cheveux déraisonnable et dont le visage sensé porter les stigmates d'une trop longue exposition au soleil fait plus penser à un tartinage de pâte à modeler.
Eastman en fait généralement peu, se déplace lentement, mange avec appétit cependant et ne manque pas de faire les gros yeux à ses victimes, déjà passablement effrayées d'y passer. Mais ce monstre, ce véritable zombie devenu fou après avoir mangé sa petite famille pour survivre sur un canoë en dérive, dégage une présence à l'écran indéniable, quand il se cache derrière la porte ou remonte lentement par l'échelle du puit attiré par la chair fraîche de ses victimes, on ne se sent pas aussi roublard que quand on se foutait de la gueule de son maquillage façon Playdo et de son front trop long (qui n’est pas sans évoquer les incroyables masques de Jacques Chirac que portait Patrick Sébastien à ses truculents débuts).
Sans doute est-ce grâce à la réalisation sans faille et aux plans étudiés de ce vieux briscard de Joe D'amato décidément aussi à l'aise avec les cannibales qu'avec les nymphomanes en voyage en Afrique.
Anthropophagous est aussi riche en séquences d'anthologie : celle du fœtus arraché aux entrailles de sa mère puis dévoré goulûment ou la séquence finale ne cesseront d’animer les discussions des amateurs comme des néophytes.
Mais les dialogues dans sa version française sont aussi un monument du genre :
- Face à une écorchure superficielle d'un des membres de la bande, l'étudiant en médecine croit bon de préciser qu'aucun organe vital n'a été touché.
- Lorsque l'un d'entre eux prend l'initiative d'aller amarrer le bateau plus au large après avoir débarqué notre troupe, il s'en trouve un pour expliquer qu'il est sans doute aller mettre le bateau à l'abri des vents un peu au large (!) alors qu’aucune tempête ne semble se profiler à l'horizon.

Je résiste tout de même à trop vous en dévoiler sur cette véritable perle cinématographique, un bis où les personnages sont parfois pris d'une connerie défiant la gravité et qu'ils payeront d'ailleurs très cher pour la plupart.
Alternant séquences hilarantes, invraisemblances, suspens, étripages et accouchement douloureux mémorable avec un professionnalisme qui force le respect, Anthropophagous se doit d'être vu par tout amateur du genre.
A voir entre potes pour une efficacité maximale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurdy
Pas de vie sexuelle
avatar

Nombre de messages : 259
Localisation : Sur le chemin de la victoire.
Date d'inscription : 23/04/2005

MessageSujet: Re: Anthropophagous [Joe D'amato] 1980   Mar 26 Avr à 18:25

Encore un film qui démontre toute son intolérance envers la crétinerie humaine. Shit

Il n'empêche que j'aimerais bien le voir à l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tiffany
Payée à rien foutre
avatar

Nombre de messages : 341
Localisation : derrière vous prete à frapper...
Date d'inscription : 24/04/2005

MessageSujet: Re: Anthropophagous [Joe D'amato] 1980   Mar 26 Avr à 19:51

Vu , il y a quelques années , j'avais surtout été marquée par la scène de "l'accouchement " totalement démente Shocked
Film à voir à plusieurs autour de bonnes bières Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maniak
Maudit chialeux
avatar

Nombre de messages : 25
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: Anthropophagous [Joe D'amato] 1980   Ven 2 Sep à 12:45

critique perso:

Sorti en 1980 en Italie, alors que se déroulait une « course au gore » avec de nombreux films extrêmes sur le cannibalisme comme "ULTIMO MONDO CANNIBALE" ou "CANNIBAL FEROX"… "ANTHROPOPHAGOUS" est victime du « syndrome "MASSACRE A LA TRONCONNEUSE" » c’est à dire qu’il traîne depuis des lustres une réputation de film hyper gore, alors qu’en fait seules deux scènes sont véritablement à classer comme « gores ». Deux scènes chocs, la première nous montre le cannibale dévorer un fœtus directement arraché du ventre de sa mère. Cette scène est filmée dans l’ombre et l’on ne voit pas bien ce qui se passe, néanmoins elle est responsable à elle seule de l’interdiction totale du film dans de nombreux pays (notamment l’Allemagne, le Royaume Uni et la Norvège...) L’autre scène est celle où le cannibale se dévore lui-même ses entrailles frémissantes a sa mort.

Mais la vraie force du film ce ne sont pas ces deux scènes gores, mais plutôt l’atmosphère oppressante qui règne sur tout le film, atmosphère due principalement à George Eastman, acteur italien né le 16 août 1942 à Gênes, il est sans doute l’un des acteurs les plus effrayant qu’il nous ait été donné de voir. Il faut le voir avancer tel un colosse silencieux, le visage ravagé et le regard halluciné. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’il a le physique de l’emploi, et il tournera par la suite une multitude de bisseries ritales.

En dehors des deux scènes chocs et de l’effrayant George Eastman qu’avons-nous ? Eh bien pas grand chose : les autres acteurs sont nuls, mais c’est la marque de fabrique du bis italien des années 80. A l’instar des acteurs les effets spéciaux ne sont pas fameux, beaucoup de prothèses peu réalistes (la tête au début du film…) et mal mises en valeur par l’éclairage. La réalisation n’est pas fameuse, mais de la part d’un réalisateur habitué au pornos, il ne fallait pas s‘attendre à du Spielberg non plus, et c’est là encore une des caractéristiques qui nous font aimer le cinéma bis italien.

Enfin on peut aussi souligner deux autre points forts du film : les décors, très impressionnants, surtout la maison du cannibale, avec ses grandes salles sombres et mystérieuses. Les grottes remplies de squelettes ont-elles aussi leur petit effet, et le village aux ruelles étroites et vides est très inquiétant. Ces décors effrayants sont mis en valeur par une musique très stressante, et toujours employée judicieusement. Ainsi, malgré le mauvais jeu des acteurs et la réalisation hésitante, on a droit à quelques beaux moments de frayeurs.


Un film qui n’a pas très bien vieillit, mais qui garde son impact sur les foules intact. Assez représentatif de son époque, "ANTHROPOPHAGOUS" est à voir absolument pour l’incroyable interprétation de George Eastman.

5/6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clint
Brave gars
avatar

Nombre de messages : 764
Localisation : Peu importe
Date d'inscription : 13/08/2005

MessageSujet: Re: Anthropophagous [Joe D'amato] 1980   Dim 18 Sep à 1:10

A noter aussi que ce film est beaucoup moins gore que ne le laisse supposer sa réputation.
Ne pas le visionner dans l'optique d'ouvrir une boucherie ou déception garantie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurdy
Pas de vie sexuelle
avatar

Nombre de messages : 259
Localisation : Sur le chemin de la victoire.
Date d'inscription : 23/04/2005

MessageSujet: Re: Anthropophagous [Joe D'amato] 1980   Lun 30 Oct à 13:32

Clint a écrit:
A noter aussi que ce film est beaucoup moins gore que ne le laisse supposer sa réputation.
Ne pas le visionner dans l'optique d'ouvrir une boucherie ou déception garantie.

Ca, c'est sûr.

Anthropophagous est le type même de film qui doit davantage sa réputation à la censure de l'époque qui l'a, en quelque sorte, "diabolisé" plus qu'à ses qualités propres.

Ce film de Joe D'Amato ne m'a dit effrayé, ni traumatisé, ni même fait marrer. C'est mou, les personnages ne servent qu'à se faire trucider, e, fait, nous sommes face à un banal slasher à la différence que le tueur est plus tragique que ses homologues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anthropophagous [Joe D'amato] 1980   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anthropophagous [Joe D'amato] 1980
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» panne px 125 1980
» Calendrier Dr Strange Marvel Comics 1980
» Vends VESPA PX 125 année 1980.
» Play astérix 1980-1985
» Des photos de la plaquette de tradition chasseurs ed. 1980

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
z'auriez pas un clop? :: Cinéma Zone :: Cinéma fantastique-
Sauter vers: